CETA – chantages et tentatives de passage en force

L’article d’ATTAC à ce sujet

Signature du CETA : Non à la tentative d’entraver tout débat citoyen et parlementaire !

Décidément, les gouvernements et la Commission européenne ne comprennent et n’apprennent rien : pour essayer de court-circuiter tout débat suite à la vaillante résistance du parlement wallon, ils ont décidé de ratifier à la va-vite, par une procédure écrite inédite (!), les textes du CETA.

Depuis le refus du parlement wallon d’accepter le traité avec le Canada tel qu’il était présenté on a assisté à un déluge d’attaques, de pressions, de chantages. C’est bien la preuve que l’enjeu est d’importance et que la Commission Européenne est prête à toutes les manœuvres pour faire passer ce traité, y compris de façon provisoire s’il le faut. Le gouvernement français fait partie de ceux qui font pression pour faire passer cet accord aux service des multinationales. La presse « bien-pensante » s’est déchaînée contre ces Wallons qui osent discuter un texte « d’une telle importance ».

Par exemple dans Ouest France du 26 Octobre 2016, sous la plume de Laurent Marchand, on lit : « Quand un veto wallon bloque l’Europe »… « Un réduit de Walons s’y oppose… Ils sont combien ? .. 3,5 millions.. Sur? 500 millions d’Européens. «  Le ton est donné ! Comment un petit peuple ose t-il donner son avis ? On voit bien comment est construite cette Europe. Il faudrait systématiquement obéir à ce que propose la Commission Européenne (non élue). Tout « petit peuple » devrait donc être considéré comme une colonie. La réalité c’est que peu de parlements ont discuté de façon aussi approfondie du contenu de ce traité que le parlement wallon. En France par exemple toute discussion sérieuse a été refusée. Coté gouvernement français et coté du secrétaire d’Etat au commerce Mr Fekl, c’est le silence absolu, mais par derrière ils font pression depuis le début pour que ce traité UE-Canada soit ratifié dans sa forme initiale. Démocratie ???

Pour info : les travaux du parlement wallon (une belle leçon de démocratie et de sérieux)